trevor_logo1

Sa fin tragique

This is the end...

Quand, exactement, Trevor a-t-il quitté la Grande-bretagne ? Il est localisé en 1977 à Worthing. En 1978, ses chansons sont encore reprises par les Wurzels. En 1979, il se produit notamment au Blue Anchor, à Helston. C'est un pub du XVe siècle qui produit sa propre bière. D'Angleterre, il correspond toujours avec Gweltaz ar Fur, « mais nos liens se sont distendus quand il a rejoint un oncle au Malawi..."

Les affaires de Trevor stagnaient en Angleterre. Lorsqu'il reçut un jour un appel de la ferme familiale du Malawi. L'oncle Mac venait de casser sa pipe. Comme Trévor tenait de son père une part de l'exploitation, il se décida à s'y rendre.

Colonie britannique indépendante depuis 1962, le Malawi compte alors 10 millions d'habitants dirigés d'une main de fer par Hastings Kamuzu Banda, autoproclamé président à vie. La plantation Crozier & Wright est localisée dans le Nachimango Estate, Luchenza.

Trevor entretint une correspondance avec son ancien partenaire qui croit comprendre que sa tante le déshérita. Il enseigna alors l'anglais mais aussi les mathématiques et le hasard voulut qu'il donnât des cours à la belle-fille de Callum Allan, le violoniste des Clutha. Il créa forcément un Jug band et aurait joué devant le vieux dictateur à l'occasion d'un réveillon du jour de l'an. Trevor invitait Chris à le rejoindre. Mais chat échaudé craint l'eau chaude. Et puis ils cessèrent de s'écrire.

Correspondance avec Maddy...


 Un soir, cependant, Maddy Prior se produit au folk-club de Poynton. Après le concert, il a retrouve au bar et se présente. Il sait qu'elle a été l'amie de Trevor. Alors, il lui donne l'adresse du Malawi. La chanteuse de Steeleye Span sera sans doute l'ultime artiste à échanger du courrier avec lui.

Maddy

A Quimper, quelqu'un m'informa un jour que Trevor gardait des chèvres à mobylette en Afrique du sud. Ce qui était totalement fantaisiste, bien sûr, et prêtait à sourire. La réalité fut tout autre. Gweltaz ar Fur se souvient : " J'ai appris sa mort par un article du magazine Folk roots signé de Maddy Prior...» C'était en juin 1995. Par le même canal John the Fish, alias Langford, découvre aussi la nouvelle et en informe Chris Joe. Que s'est-il passé ?

"Nous avons échangé quelques lettres joviales, explique Maddy, et j'attendais avec impatience une longue et amusante correspondance — comment pouvait-il en être autrement avec Trevor — quand j'ai été brisée par une lettre m'informant de sa mort dans un accident de moto"

Trevor fut percuté en effet par une voiture. Prévenu, Martin, un ami, se précipita à l'hôpital où il avait été transporté. Mais il n'était déjà plus de ce monde.

Maddy poursuit : "Il avait bâti une vie là-bas, devenant une sorte de personnage local..."

Trevor avait débuté sa carrière comme figurant dans un film. Il la terminait après être apparu dans un documentaire sur... la culture et la commercialisation des loofas en Afrique ! Le film fut diffusé par PBS (Public Broadcasting Service). Au Malawi, Trevor aura connu les manifestations sanglantes de 92, l'éviction du Dr Banda en 94, l'élection de Bakili Muluzi... Le plus vieux journal du pays, The Daily times, lui avait confié une chronique musicale : Speaking of music. Cette même presse locale regrettait sa disparition, convaincue qu'il aurait pu apporter encore beaucoup à la scène culturelle du Malawi.

maddy

"Bien que nous ayons partagé une maison dans le nord de Londres,  il y a de cela bien des années, je réalise aujourd'hui combien je le connaissais trop peu. Ce dont je me souviens, c'est qu'il me faisait beaucoup rire et qu'il était un bon et fiable ami."

Et des amis, Trevor s'en était fait de nombreux en Afrique qui à présent aidaient son épouse, Margaret, et ses trois enfants, restés au Malawi dans des conditions précaires. L'article de Maddy précisait qu'un fonds avait été créé pour subvenir à leurs besoins.

Effectivement, un compte était bien ouvert à Cardiff à l'adresse de la National Westminster bank. Chris Joe lui passa un coup de fil, on le pria alors d'écrire. Alors, il écrivit. Plusieurs fois. On ne lui répondit pas.

He made me laugh a lot and was allways a good and reliable friend

Maddy Prior


Toujours vivant...


mandoline

Photo ci-contre : la mandoline de Trevor (coll. Laurent Quevilly).

Trevor aura encore une carrière posthume.

1993 : Johnny Collins opère une reprise de Diggery Venn The Raddle Man sur son album Pedlar Of Songs

En 1998, Norman & Betty MacDonald reprennent Dead dog Scrumpy en changeant quelques paroles ainsi que le titre qui devient Dead dog cider. Charlie Ipcar lui ajoutera un refrain et de nouveaux arrangements. Ce qui sera contesté par certains. On avait aussi reproché à Cutler d'avoir transposé des chansons de Trevor parlant du Dorset pour les repeindre aux couleurs du bon vieux Somerset.

 En 2003, Trevor figure dans une compilation de Ukulélé, The cat's meow, réalisée chez Mel Bay par Ian Withcomb. Les deux compères chantent Dapper-Dan (From dear old Dixieland). C'est un vieux succès d'Eddie Cantor, paroles de Lew Brown, musique Albert Von Tilzer.

En 2007, un vieil ami de Trevor s'écriera sur un forum britannique « Justice pour Trevor Crozier !» Manifestement quelqu'une s'est accaparé la collection des enregistrements de Trevor, connus mais aussi inédits. Perte pour l'histoire de la musique folk, perte pour ses héritiers. Le vieil ami de Trévor suggérait que des droits d'auteur aillent à son fils, Ciaran, né en 1988.

En 2008, Trevor figure encore sur une compilation , Let's all go to the Music hall, éditée par le label allemand Hallmark. Il y chante la vieille ritournelle du XIXe siècle, Sam Hall, popularisée par les Dubliners ou encore Johnny Cash. J'ignore d'où sort cette pépite.

La même année, Pete Twitchett enregistre Dead dog Scrumpy sur son album In from the cold. Il note sur son CD : "This song was written by Trevor Crozier. Sadly he was killed in a motorcycle accident. The folk world lost a great talent and I am proud to have called him a friend."

La chanson a connu des versions de la part de Charley Noble, The Appalachians, Iain MacKintosh. Elle est toujours chantée de nos jours...

En 2014, Bards of the Heath donne Raddle Man, paroles de Trevor, sur une musique de John Kilpatrick, piste 8 de l'album Moonpathway, chez Not On Label.

Maintenant que sait-on de la famille Crozier. Trevor aurait eu un frère à la BBC, un cousin, Richard, fils de l'oncle Mac, importateur de tabac pour Gallaghers Tobacco. Le fils de Trevor, Ciaran, a quitté le Malawi dans les années 2010 pour être militaire en Grande-Bretagne.

"I can't sing tonight on account of my throat. Someone might cut it ?"

Trevor Crozier.

rajout

Still alive


J'ai été attristé que Wikipédia rechigne à publier un article sur Trevor. Mais, contre vents et marées, le texte est resté. Chris garde de son ancien partenaire ses sabots et, comme moi, une mandoline. Il reste aussi lui devoir 50 livres. Chris pense souvent au duo qu'il formait avec Trevor et à l'affection que leur portait le public. Pour lui rendre hommage, il a pensé ré-enregistrer Trouble over bridgwater. Et puis l'idée d'un album-hommage est né. Et ils ont répondu présent, les vieux compagnons de roots : Maddy Prior, The Druids, Vic Gammon, Purple Gang, Mike Harding, Mike Billington, Benny Graham,Lea Nicholson, Naomi Campbel... Et voilà que, soudain, ça pue le tabac de pipe.  Yes sir, je crois apercevoir dehors, là, devant chez moi, une ombre enveloppée dans un nuage de fumée, tranquillement assise sur un muret, cernée de trois tonnes de bagages et de boîtes d'instruments.  Viré de partout, désargenté, Trevor attend  patiemment que je lui ouvre ma porte. Oh my god, les ennuis recommencent !

Laurent QUEVILLY.


Merci à Chris Joe Beard à qui nous devons beaucoup pour cette biographie ainsi qu'à Gweltaz ar Fur en Bretagne, Callum Allan en Ecosse, Richard Hawkins en république d'Irlande.

motif_11